Joey Starr vs Gilles Verdez : Dites bonjour au(x) mauvais garçon(s)

Un happening manqué, une « claquette » en direct, et voici la planète médias en totale ébullition depuis 48h déjà. Par milliers, tweets, réactions et prises de positions sont venus alimenter les timelines de nos réseaux sociaux.

Fans, observateurs, spécialistes, généralistes ou indifférents de prime abord, l’heure d’une première synthèse de ces audiences en tous genres vient de frapper… Encore.

Rappel des faits
Plateau de la Nouvelle Star, le 19 avril 2016. Gilles Verdez, perruque blonde et pizza à la main, fait irruption au cœur des loges, avec comme louable mission : créer le buzz et amener quelques téléspectateurs en plus devant le télé crochet. Autrefois culte, le format est aujourd’hui en difficulté côté audiences.

« Il est où Joey Starr ? Il est où Joey Starr ? Il est où Joey Starr ? » questionne le chroniqueur mi Brice de Nice mi Tortue Ninja, rapport à la pizza.

« Je ne pense pas qu’il est très envie de te voir… Tu vas prendre un taquet »… Ici la douce mais fébrile voix de la host Laurie Cholewa, sentant à n’en pas douter, le mauvais scénario arriver.

« Ta margarita Joey » et première tentative de bisous de l’auto- invité, en direction de l’auteur, entre autre, des titres Bad Boy ou Gare au Jaguar. Un homme averti en vaut deux dit-on… Coluche en fit même un hit.
« Je suis content de te voir « <en lui touchant la tête> ; »T’es content de me voir ; t’es content de me voir » ? La réponse fuse : « Enlève tes mains tout de suite de ma tête ». Les mots sont clairs et le langage corporel au diapason : le jury Joey n’est pas à l’instant T disposé à participer au jeu.

La scène aurait pu s’arrêter ici. Le carribean Dandy serait passé pour un être rabat joie, associable, et d’autres superlatifs seraient venus nourrir la partie sombre et pas toujours objective de sa légende.
Mais, au lieu de prendre la mesure du malaise, une dernière petite suggestion du patron Cyril Hanouna, peut-être physiquement trop loin de l’action pour ressentir la tension, va engendrer la suite que l’on connait : « Fait lui un petit bisou ! ».

Action – réaction, le livreur d’un soir s’exécute : « Je vais te faire un petit bisou Joey »…

La suite on l’a connait : refus d’obtempérer, petit taquet, viré du canapé, mauvaise réception, sang qui coule du front, réactions, tensions, pressions, indignations, récupération, violons, #télévision…

A cet instant précis nous tombons dans le dramatique, le tragique. « Cela commençait par une farce d’étudiant, cela se termine par une tragédie ».

Vraiment dommage que les mots de Laurie Cholewa, n’aient pas eu le même écho que ceux du King of paf Cyril Hanouna #faitluiunpetitbisou .

Deux théories s’affrontent à ce sujet, à vous de choisir :

La première s’inspire d’une expression bien connue de nos amis chasseurs qui consiste à « faire le chien couchant » auprès de quelqu’un en vue de le flatter, tâcher de le « gagner ». On dit de ces chiens couchants qu’ils n’obéissent qu’à la voix de leur maître.

La seconde théorie, est celle de la relation entre l’athlète de haut niveau et son coach. Plusieurs grands champions expliquent qu’en dépit du bruit, de la pression, de l’agitation, de la fatigue, du stress et des milliers de spectateurs présents, une seule voix n’a d’écho en eux, celle de leur coach.

Alors Gilles Verdez, « chien couchant » ou « chroniqueur de haut niveau » ? La question est posée.

Fort heureusement, il ne s’agit ici que de divertissement, avec comme toujours les « pour », les « contre » mais surtout, et comme souvent, les talentueux, les drôles, les créatifs. Merci à eux.
Image1
Image4

Compte tenu de l’analyse de ces différentes audiences…

Et si à l’époque de leurs tensions, Philippe Etchebest s’était s’invité en loge à quelques minutes de l’antenne avec une caméra, et sans mot dire, s’était collé à Gilles Verdez en lui touchant la tête, en tentant ensuite de l’embrasser ? Qu’elle aurait été sa réaction ? Ne fait pas autres dit le dicton…

Dans un autre contexte, Joey Starr aurait peut-être joué le jeu, mais la matière humaine est imprévisible et c’est pour ça qu’on l’aime.

Compte tenu de l’impact médiatique survenu suite à cette séquence : et si c’était à refaire ?

Pour Cyril Hanouna, que l’on a senti touché et vraiment affecté par la situation : oui, un grand cœur doit battre à l’intérieur de cet entertainer. Un grand cœur et une grosse paire de « certitudes » pour se permettre de prendre une antenne en otage aussi. Mais à tête reposée, la blague n’aurait-elle pas pu s’arrêter plus tôt ?

Je pense qu’une grande majorité, dont je fais parti, aurait réagi de pareille façon à la place de Joey Starr. Mais pas devant des caméras en revanche… pas en live, et pas dans ce contexte. Celui qui frappe aura toujours tort, la société est ainsi faite, souvenez-vous l’histoire du coup de tête.

Le devoir d’exemple pour une personnalité médiatique est indispensable, non négociable. Il implique un contrôle permanent pour les personnes qui choisissent cette voix, car en télé, tout se « produit ». Les meilleures improvisations ne sont-elles pas celles que l’on aura préparé en amont ?

L’affaire Starr – Verdez c’est aussi toute la complexité de l’offre et la demande : l’un voulait offrir un happening, mais avait oublié de demander à l’autre s’il était intéressé. Alors l’autre a voulu lui offrir une petite claque… mais l’un n’en demandez semble t-il pas tant.

En marketing, nous pourrions parler de « force de vente » sans doute. Alors, le plus important : l’offre ou la demande ?

Auteur : Mathieu Jabaud

Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017), et aujourd'hui consultant, Mathieu Jabaud évolue au cœur des enjeux stratégiques liés à l’audiovisuel, aux médias et à la communication. Observateur avisé de l’Entertainement depuis la création d’un contenu jusqu’à sa diffusion, en passant par la gestion de talents et la promotion 360°, il fit ses premiers pas dans le marketing sportif à la sortie d’un MBA en 2006. Egalement diplômé de l’école hôtelière et d’une maîtrise management et commerce, il acquit d'enrichissantes expériences dans les secteurs du tourisme et de l’animation. Tout à sa volonté de « décrypter, accompagner et transmettre », il crée en 2017 « Les Audiences Consolidées», offrant à ses clients et réseaux, analyses, conseils et conférences, sur ses thématiques de prédilections.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s