Le Woop sur scène : un Wu Tang Clan façon stand-up

Paris, le Grand Rex, 27 avril 2016.

Il est 19h, lorsqu’à l’approche de la mythique salle de spectacle Parisienne, un premier constat m’arrive « pleine tête » : une longue file d’attente composée de dizaines de mini Mister V, Hakim Jemili, Hugo, Jérémy et autres woopers. Drôle de voir à quel point le look travaillé et excentrique des 7 membres du Woop Gang est devenu une référence et un signe de reconnaissance pour les fans. Et vue la touche de certains membres du crew… Influenceurs dites-vous ? Clairement vous répondrais-je.

A n’en pas douter, les opérations de brand content devraient rapidement fleurir tant leur fan base semble acquise à sa cause. Et qui dit brand content, dit garantie pour toute la wooposhpère de pérenniser pour quelques temps encore leurs activités. Une bonne nouvelle pour les annonceurs certes mais pour les fans également donc. Un problème avec cela ? Si oui un seul remède : changez de monde car au royaume des nouvelles écritures, le business et ses nouveaux modèles économiques ont également leur mot à dire.

Mais revenons-en à nos moutons, les artistes en l’occurrence et non les fans #mauvaiseslangues.

Le Woop sur Youtube on connait : 7 humoristes à la vingtaine large, rassemblant près de 2.5 millions d’abonnés, et 2 à 5 millions d’internautes à chaque nouvelle diffusion sur un rythme de 2 vidéos mensuelles et 2 bonus, un carton.
Mais que valent nos « drôles » hors de leurs frontières et amputés de la sécurité de leur web channel ?

20h30, début du spectacle ou plutôt du show. Car oui le woop sur scène c’est du show. Et efficace même. Dès les premières minutes le ton est donné. Entre grosses « prod » bien lourdes (attention profane, ceci signifie ici « un son attrayant et de qualité »), chorégraphies et mitraillage de punchlines, le kick-off pourrait se résumer ainsi : énergie, générosité.

Durant toute la soirée, en mode captation TV pour l’occasion, les membres du Woop alternerons sketchs solos et en équipe à grands renforts d’incrustations de sons, de chant, de pas de danse et d’interactions avec le public, le tout avec une influence assumée des codes rap et hip-hop. Un wu Tang Clan façon stand up… à la différence que les icones from US étaient 9, et sont entrés dans la légende de la musique mondiale. #ahbahway. Mais dans l’idée, on y est. Voyez ?

Quant au public, et c’est à cela que l’on peut mesurer le succès d’un contenu : c’est 100% satisfait. Premier constat, et pas des moindres, une moyenne d’âge certes jeunes mais où la tranche « trentenaires » était également représentée, avec; cerise sur le gâteau, de nombreux parents venus accompagner leur progéniture, et ça, un soir de demi-finale de ligue des champions, c’est à souligner. Peu de jeunes à capuches et casquettes se prénommant Malcolm, Youssoupha, Hugo (?), Hakim ou Yvick auront autant rassemblé que le woop gang ces dernières années, c’est dit.

L’autre bonne surprise, et qui venait marquer une nouvelle différence avec nombreux acteurs, toutes générations confondues, de la scène Française : les thématiques abordées.

Nombreux sujets de sociétés à priori anxiogènes ont été abordés ou caressés façon woop. Les communautés, la religion, les complexes, le « racisme pour tous » et même, et beaucoup retinrent leur respiration lors des premières secondes sur le thème, quelques mots sur les derniers et tragiques attentats… Certains s’en seraient passés mais il fallait oser. Pas d’incident verbal ni sémantique à déplorer.

Certes avec quelques réglages sur le jeu d’acteur, l’interaction et le contenu des textes, le collectif s’attirerait également la reconnaissance d’une partie plus traditionnelle du circuit mais est-ce pour eux un enjeu ? Pas à mon sens. Un seul indicateur n’en a à ma connaissance : Les audiences.

Mais alors, et s’ils avaient du talent ?

Du talent ? Evidemment. Beaucoup de talent réunis au sein du collectif, avec, avouons-le une répartition non équitable de l’ingrédient secret au sein des 7 personnalités mais à ce stade de leur aventure, qu’importe. A date, chacun amène son univers et apporte sa pierre à l’édifice. La magie opère à merveille auprès d’un public conquis, 2800 spectateurs et salle comble s’il vous plait.

L’avenir ? Comme dans tous projet collectif, des volontés individuelles, spontanées ou forcées, arriveront un jour mais gageons que sur des 7, au moins 3 d’entre eux accompagnerons vos soirées de divertissements en multi-écrans pour de nombreuses années (#laissez3nomsencommentaire). Quant aux autres, ils auront acquis une telle expérience que d’autres opportunités et envies s’offriront à eux derrière ou face caméras. Bref l’avenir est devant eux, eux qui écrivent déjà le présent, avec à leur actif l’une des plus belle success story Française sur Youtube.

Le Woop est aujourd’hui le plus gros collectif d’humour sur le net et ça, c’est de la crème comme chantait le Wu Tang ! #cream

MJ

Auteur : Mathieu Jabaud

Mathieu Jabaud fonde « Les Audiences Consolidées » en 2017 dans le but décrypter, accompagner et transmettre son expertise et ses expériences liées aux médias et à la communication. Parmi ses clients : des chaînes de TV (Cnews, NRJ12), des écoles de commerce (Sup de Pub, EFAP, ISEG, Inseec), des universités (Paris 8, UPEC), des personnalités issues du monde médiatique, sportif et politique. ———————————————————————————————————————————————————— .Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017) .Chargé de Communication et Marketing à la Fédération Française de Judo (2006-2013) .Diplômé d’un MBA de Management du sport .Licence et Maîtrise Management et Commerce .Ecole hôtelière Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s