Sous la pression de quelle partie de son cerveau, Benzema a-t-il cédé ?

En déclarant au journal Marca paru le 1er juin 2016, que «Deschamps <avait> cédé sous la pression d’une partie raciste de la France», Karim Benzema vient ici remettre une pièce dans une machine médiatico-politico-citoyenne, toujours à l’affût, et qui n’en demandait pas tant.

Une phrase polémique et lourde de sens, venant justifier selon le tout récent double vainqueur de la ligue des champions, sa non sélection pour l’Euro 2016 par Didier Deschamps sélectionneur de la 3F.

Plusieurs angles mériteraient développement pour traiter cette nouvelle pépite. Les time-lines de nos réseaux sociaux s’en donnent à cœur joie. La quête du « qui dit vrai / qui dit faux », « qui est pour / qui est contre », « la France est-elle ou non raciste », Benzema méritait-il d’être sélectionné » ? « Les joueurs de l’équipe de France doivent-ils être ou non des modèles » ? Avec à chaque fois des avis divergents, opposables, et de tous bords.

Parmi les nombreuses questions posées par cette déclaration, la première et la plus évidente à balayer, serait celle du choix du sélectionneur de s’être privé de son attaquant vedette pour satisfaire les envies d’une partie du peuple.

Pas une seule seconde à mon sens, Deschamps aura au contraire fait montre d’une grande solidarité pour son joueur et tenté, je le crois, de l’intégrer au projet « Euro» jusqu’au bout. On oublie vite, la confiance accordée par DD à son attaquant lorsque celui-ci souffrait d’un cruel manque d’efficacité en équipe de France. Aurait-il été aussi patient avec un autre joueur ? Non car il sait pertinemment que sa meilleure arme offensive est Karim Benzema et que seul un joueur de sa classe méritait une telle patience.

jjj

Car c’est bien de classe dont nous parlons finalement. Classe sur le terrain, mais également en dehors lorsque l’on porte sur les épaules les ambitions d’une nation.
Deschamps en fin connaisseur a donc fait le maximum pour protéger son joueur et le mettre dans les meilleures dispositions, mais sa compétence se limite au terrain et à son vestiaire. Passé ces frontières…

S’il n’est pas du genre spectaculaire, l’entraineur basque est du genre pragmatique et obsédé de la gagne. Son pédigrée en témoigne. Mais comment pouvait-il décemment sélectionner un joueur empêtré dans une affaire de chantage à la sexe-tape ? Qu’importe son rôle et son niveau de responsabilité… Il y est.

Seule l’éthique aura primé dans ses choix et s’il est une personne qui doit en vouloir à l’autre de ne pas avoir respecté l’un des fondements de la charte des joueurs, c’est bien Didier Deschamps envers Karim Benzema. Parions-même que si l’affaire avait touché un autre membre du groupe France, mais au talent moins évident, le couperet serait tombé plus tôt.

D’autres arguments viendraient avec facilité mettre à mal la thèse du buteur madrilène mais il s’agit ici d’éviter de tomber dedans… la facilité. Souvent synonyme de raccourci.
Oui, une simple photographie des 23 sélectionnés soulignerait la représentativité cosmopolite des visages qui composent notre pays.

Mais devons-nous céder à l’insupportable exercice du comptage ? Comptage du nombre de joueurs issus de l’immigration, issus des quartiers, issus de la ligue 1 (moins grave ça) etc. ? Ce serait dommage pour justifier une simple décision éthique.

La principale erreur de Karim Benzema à travers cette sortie, est, je pense d’inciter certains à ce genre d’exercice. Un exercice simplement factuel pour la majorité mais sans doute pervers pour d’autres.

D’autres prendront à titre d’exemple les cas d’Alexandre Lacazette et Kévin Gameiro, qui, malgré leur statut de goleadors européens n’ont pu accéder à la prestigieuse liste des 23. Mais si comparaison il doit y avoir, tout un ensemble d’éléments doit être pris en compte pour être jugée sérieuse.

Bien entendu ces nombreux arguments rapportés ici ou là viennent invalider la thèse avancée par Benzema, mais elles sont également des outils de division, de comparaison pouvant très vite échapper à ses auteurs.

JAMAIS DE FUMÉE SANS FEU, ET CERTAINS MAUX DONT SOUFFRE KB MÉRITENT SANS DOUTE TRAITEMENT

Beaucoup aimeraient voir Karim Benzema chanter la Marseillaise à tue-tête. Mais cela ne résulterait-il pas plus d’un caprice personnel qu’autre chose ? Etions-nous autant gênés lorsque Laurent Blanc ou Michel Platini pour les plus anciens, se faisaient discrets à l’heure des hymnes ? Pourquoi Karim et en 2016, devrait-il montrer plus de patriotisme que Laurent et Michel ? Deux poids deux mesures dit-on ?

UNE PARTIE RACISTE DE LA FRANCE

Oui, la France possède en son sein une partie raciste et parmi eux forcément des supporters de l’équipe de France. Et bien que cette partie soit minoritaire, elle existe. « Un jour, je vous montrerai le wagon de lettres racistes que j’ai reçues ces dernières semaines » expliquait Noel Le Graet, président de la FFF. Et si beaucoup de commentateurs du net l’expriment avec là encore de nombreux raccourcis, le nier serait aussi ridicule que de prétexter que Benzema n’aurait pas été sélectionné par Didier Deschamps sous la pression de… . Le serpent qui se mord la queue, vous connaissez ?

EN COMMUNICATION, LES NOTIONS ÉLÉMENTS DE LANGAGE ET DE TIMING PRIMENT

Les éléments de langage servent à construire un message et faire en sorte que les audiences perçoivent le sens exact d’une prise de parole et dans l’idéal puissent y adhérer pour en faire à leur tour écho.

Et si à travers cette déclaration, Karim Benzema n’avait-il simplement essayé de justifier sa déception et affirmer son attachement au maillot tricolore ? Ajoutons l’adjectif « maladroit » à cette hypothèse et elle prendra d’un trait plus de sens.

Compte tenu des nombreuses erreurs de communication qu’il sème au même rythme qu’il amasse les récompenses, c’est une piste. Si tel était le cas, la question du management et de l’entourage professionnel autour de l’athlète est clairement à pointer du doigt.

Vient ensuite la notion de timing. Si le message est fondamental, le timing décidé pour une « activation » l’est tout autant.

Osez une blague quelques minutes après un dramatique fait divers, vous passerez pour une personne dénuée de compassion et dépourvue de tout sens moral. Faites cette même blague quelques jours plus tard, et vos audiences saluerons le courage de celui qui redonne sens à la vie et aux bons mots « the show must go on ».

Le timing donc. Comment le staff du footballeur a-t-il pu valider la publication de cette page dans un tel contexte social, et dans la foulée des sorties ratées (Cantona) ou maladroites (Debbouze) de personnalités influentes de l’entertainment en France.

Si Benzegaol se pose la question et décide un jour de renforcer son équipe de conseillers, je lui conseille celle d’un certain Hatem B, lui aussi membre de la génération 87. Lui aussi reconnu pour son immense talent balle aux pieds et décrié pour quelques écarts extras-sportifs (jamais d’ordres judiciaires cela dit).

S’il est un joueur que j’aurai aimé voir intégrer la liste des 23 de l’ancien capitaine des bleus, c’est bien Hatem Ben Arfa. D’abord parce qu’il remplit à merveille les conditions sportives et critères de performance et ensuite pour récompenser celui qui aura eu l’intelligence, la maturité et l’humilité de se remettre en question pour endosser le rôle du joueur exemplaire, au service d’un collectif et d’une nation.

En adéquation avec son nouveau statut sportif, le surdoué de l’OGC Nice a su utiliser les médias à bon escient pour en faire une force. Ses récentes déclarations auront à coup sûr renforcé la vague « pro Ben Arfa » lors de l’annonce de la sélection.

Le football de haut-niveau est un métier, la communication par la gestion d’image en est un autre avec ses stratégies et ses techniques.

«Mais sans technique, un don n’est rien qu’une sale manie ».

MJ

Auteur : Mathieu Jabaud

Mathieu Jabaud fonde « Les Audiences Consolidées » en 2017 dans le but décrypter, accompagner et transmettre son expertise et ses expériences liées aux médias et à la communication. Parmi ses clients : des chaînes de TV (Cnews, NRJ12), des écoles de commerce (Sup de Pub, EFAP, ISEG, Inseec), des universités (Paris 8, UPEC), des personnalités issues du monde médiatique, sportif et politique. ———————————————————————————————————————————————————— .Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017) .Chargé de Communication et Marketing à la Fédération Française de Judo (2006-2013) .Diplômé d’un MBA de Management du sport .Licence et Maîtrise Management et Commerce .Ecole hôtelière Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s