[SECURITE] ACCOUTUMANCES EXTREMES

Nos cœurs encore meurtris par la vague d’attentats qui touche notre pays depuis Charlie, que l’horreur a de nouveau frappé le 14 juillet dernier à Nice, puis 12 jours plus tard encore, en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

NOUVEL ATTENTAT OU ATTENTAT DE PLUS ?

La sémantique que vous retiendrez aura ceci de terrible, qu’elle sera le parfait reflet du niveau d’habitude que nos cerveaux s’autorisent désormais à accepter, face à l’horreur de la situation, à ses répétitions et au manque de garanties, à termes, que nous offre la classe politique en matière de protection.

L’ampleur de la tragédie et les douleurs associées, n’auront guère besoin d’un article supplémentaire, pour être dépeintes. Et en toute franchise, je ne me vois pas ici, assis devant mon clavier, tenter d’expliquer et faire ressentir ce que des parents venant de perdre leur enfant vivent à l’instant T ou la douleur des habitants d’un intime village après le meurtre par égorgement de l’un d’entre eux, homme d’église de surcroît, et toute la symbolique associée. Dresser par écrit ces derniers mots me glace le sang, fin de cet exercice me concernant.

J’ai donc posé un nouveau mouchoir sur ces maux d’âme, incapable de faire face à ces images macabres, d’innocents laissés sans vie, de peluches mortuaires, de barbaries, de drames.

1000 FOIS J’AI CHANGE D’AVIS

Comment survivre face à tant de tristesse et d’incertitudes ? Devrons-nous nous habituer à ce nouveau mode de vie ? Faut-il se détacher de l’horreur tant qu’elle ne nous touche pas directement ? Les faits divers semblent moins cruels lorsqu’ils endeuillent les pays lointains avouons-le. Devrons-nous considérer nos semblables, nos voisins, comme des étrangers pour protéger nos sentiments ? Ce genre de questions me traverse l’esprit. Quelques secondes, puis partent, et reviennent. Moi, le compétiteur et dont le dégoût de la défaite est plus fort encore que mon envie de gagner comme dit l’autre. Moi l’homme de clan, fier de mon pays, de ma famille, mes amis, de ma région, de mon quartier. Comment ce genre d’idées, à l’antithèse de ce qui compose mon ADN, a pu me traverser l’esprit et y faire un bout de chemin ?

On s’habitue à tout dit-on. Et même au pire, à l’insoutenable. Pourquoi ? Par mesure de précaution, par protection. Ou par indifférence parfois.

Parmi les définitions du Larousse, une habitude serait « l’adaptation de degré variable à certains états, qui fait qu’on les supporte plus aisément ».

Cette habitude est-elle plus liée à la répétition des drames, qu‘à l’absence totale de perspective quant à sa résolution ? Je penche pour la seconde option.

Le risque à laisser la situation en France s’enliser sans percevoir de réelles avancées, serait de passer à court terme d’un réflexe d’auto-protection à une posture d’acception par habitude, ou de rejet, voir d’extrémisation.

 

La classe politique aux affaires s’est pourtant engagée dans une lointaine guerre dont les tenants et les aboutissants indifférent la majorité des Français. La géopolitique parait si compliquée, qu’il devient impossible de s’arrêter sur une analyse solide et d’établir une vérité. Chacun la sienne et fonction de ses propres enjeux et alliés. Rares seront les avancées capables d’apaiser les Français tant elles semblent invisibles car trop éloignées.

FRANÇAIS CONTRE FRANÇAIS. L’ENJEU DES PRIORITÉS

Et si nos politiciens décidaient alors de s’attaquer prioritairement, si ce n’est exclusivement, à la partie identifiable du problème : la gestion des terroristes sur notre territoire. Sans être expert, la majorité de nos agresseurs était née en France ou y résidait depuis une certaine durée. La réponse est souvent plus proche que l’on ne l’imagine…

Dans l’attente d’une hypothétique et temporaire résolution à ce problème né hors de nos frontières, nos hommes politiques n’auraient-ils pas mieux à faire à « débrancher » d’abord ceux qui portent la mort sur nos terres ?

Comment une idéologie extrême située à des milliers de kilomètres a-t-elle pu frapper sur notre pays par la main d’enfants de la république pour la plupart ? Comment laisser circuler en liberté, c’est un fait, des criminels reconnus et identifiés comme ennemis de nos valeurs et de notre patrie ? Comment laisser se propager les discours de haine et d’intolérance envers les musulmans de France en laissant croire que la motivation des attentats serait religieuse ?
Comment penser que le bombardement de civils Syrien, pourrait être une solution pour éradiquer la menace de terroristes nés en France, et pris en charge par ses institutions jusqu’à la mort et ce depuis la naissance ?

Nos dirigeants ont la possibilité de changer les choses et reprendre la main, en prenant d’abord les dispositions qui s’imposent dans l’hexagone. A condition de trancher pour des mesures adaptées au niveau de menace et de violence que les terroristes nous opposent.

Des actions qui permettraient alors aux Français de se projeter enfin vers un horizon plus serein, et abandonner ainsi le cas échéant, la tentation de se tourner vers certains partis, passés experts dans l’art des débats sécuritaires.

Les Français ont largement fait le job et leur part du travail depuis le début des tragiques événements. Ni le déni et la démagogie de certains, ni l’indécence et l’auto indulgence d’autres, ne sont pour l’heure à la hauteur.

Gouvernement et opposition, tous auraient intérêt à se hisser au niveau de l’enjeu et de l’attente des Français qui, à juste titre, craignent pour leur vie. Ni plus ni moins.  En 2017, ceux qui apporteront les meilleurs garanties pour notre protection et notre survie, rafleront la mise. 

Le besoin d’actions tangibles et de résultats concrets, vérifiables, se fait plus que jamais ressentir, sous peine de voir les Français s’habituer un jour à d’autres scénarios qui relevaient encore de l’accident il y a peu. Comme un soir de 21 avril 2002… Dans un contexte aussi incertain et anxiogène, l’absence de résultat et toute cette indécence, font, pas à pas, le jeu des élus FN.

Auteur : Mathieu Jabaud

Mathieu Jabaud fonde « Les Audiences Consolidées » en 2017 dans le but décrypter, accompagner et transmettre son expertise et ses expériences liées aux médias et à la communication. Parmi ses clients : des chaînes de TV (Cnews, NRJ12), des écoles de commerce (Sup de Pub, EFAP, ISEG, Inseec), des universités (Paris 8, UPEC), des personnalités issues du monde médiatique, sportif et politique. ———————————————————————————————————————————————————— .Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017) .Chargé de Communication et Marketing à la Fédération Française de Judo (2006-2013) .Diplômé d’un MBA de Management du sport .Licence et Maîtrise Management et Commerce .Ecole hôtelière Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s