[Influenceurs TV] : De Zemmour à Salamé, la tendance est à l’indécence

img_7799-copie

La Présidentielle de 2017 arrivant à grands pas, les prises de paroles, débats et chroniques se multiplient, sur fond de laïcité, d’affaires et d’insécurité. Des interventions rythmées par les punchlines d’influenceurs vedettes, jouant tour à tour la carte de l’impudence et de l’outrance.

Parmi ces influenceurs, deux catégories se distinguent. Ceux qui pointent avec un laser rouge sur la tempe de leurs cibles du jour, les débordements de ces derniers quels qu’ils soient. Tel un Pierre-Emmanuel Barré, passé maître en la matière. Taper fort et avec talent là où cela nous a fait très mal. Jubilatoire et parfait pour se défouler.

Et puis une autre catégorie de personnes plus impliquées dans la vie politique, de par leurs convictions ou leurs responsabilités professionnelles au sein d’une rédaction, d’un service d’information. Ils relancent, traquent et étouffent leurs invités. Un problème avec cela ? Pas pour moi. Les politiques sont des bêtes de scènes qu’il faut aller chercher pour finalement obtenir la base d’un bon débat, la sincérité. Mais désormais, les journalistes ne s’arrêtent plus là. Ils jugent, s’agacent et revendiquent, masquant à peine pour certains, ou pas du tout pour d’autres, le fond de leur pensées.

Afin d’illustrer mes pensées, voici donc deux exemples que l’on pourrait qualifier d’extrêmes, voir indécents, tant ils semblent de prime abord opposés. Mais puisque c’est ici le propos, l’indécence, voici que je m’y ose.

ERIC ZEMMOUR, L’EMPÊCHEUR DE S’AIMER EN ROND

Premier exemple, et son nom ne surprendra personne, Eric Zemmour.  Celui qui appelle un chat un chat, un musulman un djihadiste et sans doute un buzz une vente de livre. Parmi les causes du climat anxiogène en France, arrivent en tête les attentats, la défiance du peuple envers ses élites, la précarité, l’attente de la saison 7 de Games of Thrones, et Eric Zemmour.

Depuis quelques années déjà, cet homme de médias starifié par la case talk show de Laurent Ruquier, se fait fort de commenter les actualités les plus piquantes à travers une thématiques unique, l’Islam. L’Islam et son histoire, l’Islam et ses pratiques, L’Islam et la démocratie, l’Islam et la Seine-Saint-Denis… Selon mes sources, le prochain tome « Islam et pâtisserie » s’annonce savoureux. Les makrouds seraient la principale cause du diabète en France… Mais laissons Zemmour enquêter … Je n’irai pas jusqu’à parler d’obsession mais…

Confession, le Zemmour des premiers jours me plaisait, il m’intriguait. Enfin une personne capable de dresser le bilan sans concession d’une situation. Aussi politiquement incorrecte, dérangeante et brute soit-elle. Mettre des mots sur un dilemme relève plus à mon sens de la responsabilité de tous que des extrêmes. « Il existe certains quartiers en France où l’on ne vit plus à la Française » dit-il. Un autre auteur à succès ne dit d’ailleurs pas l’inverse dans une de ses chansons : « On dirait l’Afrique, en bas du Galion« . Copyright ? Booba, à propos du quartier du Galion à Aulnay sous-bois. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils partageront bientôt un featuring mais sur ce constat précis, leurs violons s’accordent. Mais la comparaison s’arrête ici. Je confesse me régaler encore à l’écoute de Nero Nemesis, moins devant les interventions du chroniqueur. Face à l’album de Jul peut-être…

Dresser un constat brut dessine les bases d’une solide discussion, voir d’une construction. Mais sur les causes et les résolutions…Comment penser que les problèmes du 21ème siècle se résoudront à coup de rappels datant parfois de l’époque des Rois ? 

Comment penser que la situation précaire et communautaire de nos quartiers serait la résultante unique d’un choix de ses habitants plutôt que le fruit d’une stratégie de protection de leurs paisibles villes par nos politiciens depuis près de 50 ans ?

Comment clamer que les pratiquants de l’Islam seraient tous des djihadistes endormis, sur la base de textes du 7ème siècle, tout en s’interdisant en parallèle de penser que les interprétations et pratiques aient pu évoluer plus de 1000 ans après ?  Créant ainsi l’amalgame entre la dangereuse minorité qui refuse de prendre en compte les évolutions de notre siècle, et la silencieuse majorité. Zemmour reproche à l’ensemble d’une communauté, l’ambition de vivre selon les codes du passé, tout en basant lui même ses références et de ses écrits sur des leçons d’histoire et des préceptes périmés. Allez comprendre…

DES IDÉES DU PASSÉ,  MAIS DES REFLEXES TRÈS 21 ème SIÈCLE

Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? Chaque polémique venant marketer et servir la sortie d’une nouvelle œuvre littéraire. Ceci sans doute dans le but de faire parler, créer la curiosité, puis l’intérêt et enfin l’adhésion par un acte d’achat.

Facile direz-vous, de s’attaquer sur ce terrain, à celui qui fait référence en indécence. Il me fallait donc trouver un autre exemple. Une personne qui lui serait opposée dans les idées, pour m’affranchir alors d’un quelconque délit de neutralité.

Il y a peu, je participais à la réunion de rentrée de mon fils qui, à bientôt quatre ans, faisait ses premiers pas en seconde année de maternelle. Plus d’un quart d’heure fut consacré aux consignes de sécurité post-attentats. Arrive le moment de l’exercice pratique prévu en cas d’attaque terroriste au sein de l’école. « Nous expliquerons à vos enfants qu’il s’agit d’un jeu, ils devront alors se cacher dans les armoires. Des exercices seront prévus… ». La simple projection de mon enfant et ses camarades qui, sous couvert de jeu, devront se cacher en cas d’intrusion…. J’en aurai pleuré, mais mes yeux étant pudiques, mon cœur s’en est chargé. Même douleur, même effroi, même rancœur.

La pression sécuritaire est depuis quelques jours remontée d’un cran. Nous le sentons, nous le savons. Renforcement des consignes de sécurité dans les lieux publiques, militaires en faction devant les écoles. « Papa, pourquoi tu lui dis bonjour au chasseur, il est là pour nous protéger ? «  , « Oui mon cœur c’est exactement ça ».

LÉA SALAMÉ OU L’OBSESSION DU FACTUEL, EN DÉPIT DU RATIONNEL

J’ai alors repensé à cette passe d’arme survenue entre Nicolas Sarkozy et Léa Salamé sur un plateau de France 2. Par des attaques systématiques de la journaliste envers son invité, visant à démontrer qu’il avait changé dans ses croyances en faisant montre de plus d’opportunisme que de convictions, elle s’aveuglait alors à ne pas admettre, sur ce sujet précis, qu’une prise de position datée de 2007 pouvait être révisée 10 ans après, au vu des drames et des 238 morts qui ont endeuillé notre pays ces 18 derniers mois.

Et tandis que Salamé lançait « parfois vous dites que vous avez changé et parfois vous dites que vous n’avez pas changé« , Sarkozy répliquait « La France a changé, la menace a changé. Je veux que le droit s’adapte à la menace, puisque je crains que les barbares de Daesh ne s’adaptent pas à notre droit« . Efficace.

Une attaque de la co-présentatrice du soir qui faisait fi de tout contexte mais dont je devinais l’intention journalistique initiale : si le candidat à 2017 a déjà pu changer d’avis, sans doute le fera-t-il encore. Tiré par les cheveux au vu du contexte mais incontestable.

S’ensuit alors le second round. Alors que le battu de 2012 posait sur la table l’idée d’un internement administratif pour quelques 200 fichés S parmi les milliers d’individus surveillés, s’appuyant sur le principe de précaution appliqué à près de 70 000 personnes souffrant de troubles psychiatriques, son interlocutrice lui lança : « c’est une remise en cause de l’état de droit. Enfermer quelqu’un qui n’a pas commis d’infraction, ce n’est pas l’état de droit« . Je bondis à cet instant et sans doute des milliers de personnes en ont-ils fait autant. Au regard des familles directement touchées par les attentats, ou indirectement, mais de manière concrète, via les mesures inhérentes de sécurité prises depuis des mois, cet argument me paru tout autant démago et moralisateur qu’indécent.

La réponse fut cinglante : « Si on est sur un fichier S, c’est que l’on fréquente des djihadistes ou que l’on est en contact avec la mouvance terroriste. Pour protéger la liberté des Français, on va réduire la liberté de ceux qui nous font courir un risque« .

Loin de moi l’idée de prendre fait et cause pour l’ancien chef d’état, qui n’obtiendra pas de moi demain ce qu’il n’eut pas hier, à savoir mon vote. Mon propos traite ici d’une stratégie, et si celle de la talentueuse Léa Salamé était, par sacrifice, de pousser son invité dans ses retranchements, tester sa sincérité et sa combativité pour in fine, le faire parler. . Mais le voulait-elle vraiment ? Ne sait-elle pas perdu en route à trop vouloir lui rentrer dedans et devenir la nouvelle référence. Quitte à être celle qui, en surjouant la pugnacité en devenait indécente, mais parvenait à faire plier ses plus tenaces invités. « C’est aussi notre émission » (NDLR : avec D. Pujadas) lança t-elle au court de la soirée, c’est un bon résumé.

L’INDÉCENCE AU SERVICE DU BÉNÉFICE

Capitaliser sur l’image d’un personnage étudié au risque de se voir dépasser un jour par sa propre caricature. Une Nabilla qui misait, et surjouait, sur l’indécence de ses tenues et de son bas niveau de QI ne diras pas le contraire. Mais, chacun son créneau…

Tels des personnages de fictions, ces influenceurs télévisuels nous trimbalent d’émotions en émotions. Prêts à choquer, blesser ou déraper pourvu que l’on soit remarqué, commenté et consacré. Mais attention, car ici c’est bien du peuple dont il s’agit. Derrière l’indécence, se cache aussi une souffrance, celle des autres. Les autres se sont les familles en deuil, traumatisées ou apeurées. Les autres ce sont des citoyens stigmatisés, qui n’aspirent qu’à vivre en paix selon les lois de la laïcité et qu’importe si leur culte se pratique ensuite dans une mosquée.

 

 

Auteur : Mathieu Jabaud

Mathieu Jabaud fonde « Les Audiences Consolidées » en 2017 dans le but décrypter, accompagner et transmettre son expertise et ses expériences liées aux médias et à la communication. Parmi ses clients : des chaînes de TV (Cnews, NRJ12), des écoles de commerce (Sup de Pub, EFAP, ISEG, Inseec), des universités (Paris 8, UPEC), des personnalités issues du monde médiatique, sportif et politique. ———————————————————————————————————————————————————— .Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017) .Chargé de Communication et Marketing à la Fédération Française de Judo (2006-2013) .Diplômé d’un MBA de Management du sport .Licence et Maîtrise Management et Commerce .Ecole hôtelière Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s