[Le Meilleur Pâtissier] Gourmand mais pas seulement…

Le mardi 17 octobre à 21h, M6 lancera en prime-time la nouvelle saison du format à succès Le Meilleur Pâtissier. Pour la 6ème saison de ce concours amateur, la chaîne misera sur les valeurs sûres du programme avec, côté incarnations, les piliers Cyril Lignac et Mercotte, accompagnés cette année par Julia Vignali à l’animation. Suffisant pour continuer à s’assurer la promesse de performantes audiences ? Non, car à y regarder de près, si Le Meilleur Pâtissier est aujourd’hui la seconde marque de flux la plus puissante du groupe, il le doit également à d’autres ressorts, moins visibles de prime abord, mais tout aussi puissants. Décryptage.

UN CONCOURS AMATEUR DEVENU BLOCKBUSTER

Près de 3,4 millions de téléspectateurs et 16% de parts d’audience l’an dernier, 31% de parts de marché sur les prisées ménagères, 600000 téléspectateurs supplémentaires glanés en une année, mais quel est donc ce format qui 6 années après son lancement continue à attirer les foules avec tant d’engouement ? Un show à grand budget ? Non. Un grand classique du cinéma ? Non plus. Une nouvelle série venue des Etats-Unis ? Toujours pas. Une simple affaire de pâtisserie, ni plus, ni moins.

Porté par le télégénique chef étoilé Cyril Lignac, M6 fit il y a 5 ans, le pari de la simplicité. L’idée ? Proposer aux téléspectateurs une émission où des candidats amateurs viendraient se tester sur fond de ganache, génoise et praliné. Un concept aussi simple que risqué, dans une époque où le spectaculaire et la rapidité, eurent raison des émissions culinaires de nos grands-mères, et même de la solide Maïté.

Oui mais voilà, dans la vie, il y a certaines choses dont on ne se lasse pas. La bienveillance, les madeleines de Proust, les belles valeurs, le chocolat…

Et de ces petits plaisirs là, BBC et Kitchen Factory Productions en ont fait un format. Bien leur en a pris. L’appétence des téléspectateurs pour les émissions de cuisine version compétition n’est plus à prouver. Tous les concours du genre ont progressé sur M6 l’année dernière, de La Meilleure Boulangerie de France à Top Chef qui, malgré sa longévité, a connu cette année ses meilleurs scores d’audience depuis 4 ans.

‘’Le Meilleur Pâtissier est un programme en phase avec le quotidien des Français’’

La recette consistait ensuite à emmener les candidats et le public sur de nouvelles émotions, capables de les faire voyager, partager et créer en toute décontraction. L’esthétique et la mécanique du concours se sont alors centrés vers de nouveaux leviers, par un cadre bucolique et champêtre, un ton convivial et bienveillant et l’authenticité de pâtissiers amateurs passionnés.

A ce sujet bien précis, Cyril Lignac me confirmait d’ailleurs ceci : « Sur Le Meilleur Pâtissier, le côté feel good est omniprésent, sans la pression d’un changement de vie à la clé pour le candidat, ni argent à gagner. L’idée est de proposer un concept encore plus proche des gens. Le Meilleur Pâtissier est un programme en phase avec le quotidien des Français, bon enfant, comme une colonie de vacances, quelque chose de vrai et de sincère. L’émission n’est pas tournée sur un plateau TV mais en extérieur et c’est aussi ce qui fait son charme ».

UN FORMAT SAVOUREUX, MAIS PAS QUE…

Si le succès du Meilleur Pâtissier s’est donc construit sur des valeurs élémentaires et bienveillantes, une seconde lecture, plus approfondie, ne mériterait-elle pas d’être donnée ? A la manière d’un entremet que l’on s’apprête à déguster, et qui, une fois en bouche, vous procure un plaisir inattendu, plus savoureux encore que ce que vous aviez d’abord prévu.

‘’ Aujourd’hui toute la télé que l’on fait doit être positive, constructive et divertissante’’

Car oui, derrière ce concours de pâtissiers amateurs, se cachent en réalité quelques petits trésors. Dans son ADN d’abord, la pâtisserie. S’agit-il uniquement de procéder à une recette, mélanger quelques ingrédients et les dresser sur une assiette ?

Evidemment non, comme nous le précise le chef étoilé : « La pâtisserie c’est intergénérationnel, on a appris à faire des gâteaux avec nos mères, nos pères, c’est fédérateur et pour un enfant, c’est éducatif. Tu passes du temps avec tes parents, tu construis quelque chose avec tes ingrédients, c’est très valorisant pour l’enfant ».

Et il y a l’inconscient ensuite. Si le meilleur pâtissier est une pure émission de divertissement, il me semble également important de souligner son rôle pédagogique et éducatif auprès des audiences, bien que cela ne soit pas le but initial recherché.

A ce sujet, le grand brun au tablier noir pour ne pas encore le citer, me partageait alors son idée : « Je pense que c’est effectivement une vraie question. Aujourd’hui toute la télé que l’on fait doit être positive, constructive et divertissante. Le Meilleur Pâtissier fait passer des émotions. Je trouve les candidats très courageux. Lorsque tu t’engages dans un concours, c’est difficile, c’est fatiguant, les premiers tournages finissent tard, il y a des attentes, c’est du boulot. En parallèle et c’est également à souligner, cette émission suscite des reconversions ».

Enfin, parmi les autres ingrédients susceptibles de faire la différence, un mot sur Julia Vignali, désormais en charge de la présentation du désormais célèbre concours de pâtisserie. De mon point de vue et grâce à cette nouvelle exposition, l’ancienne présentatrice des Maternelles pourrait être une des révélations de la rentrée télévisuelle.

Avec un savoureux mélange d’espièglerie, de proximité, de bonne humeur et de répartie, la nouvelle recrue semble avoir trouvé sa place et pourrait rapidement donner quelques idées chez M6 côté UP (Unité de programmes). Si la performance que laissent entrevoir de l’animatrice les extraits proposés en conférence de presse venaient à se confirmer sur la durée, elle pourrait alors rapidement frapper à la porte d’émissions plus exposées médiatiquement, dans la veine d’Une ambition intime et autres programmes réservés pour l’heure, à Karine Lemarchand. Car, et c’est bien connu, les meilleurs recettes se partagent…

signature 2

 

Auteur : Mathieu Jabaud

Mathieu Jabaud fonde « Les Audiences Consolidées » en 2017 dans le but décrypter, accompagner et transmettre son expertise et ses expériences liées aux médias et à la communication. Parmi ses clients : des chaînes de TV (Cnews, NRJ12), des écoles de commerce (Sup de Pub, EFAP, ISEG, Inseec), des universités (Paris 8, UPEC), des personnalités issues du monde médiatique, sportif et politique. ———————————————————————————————————————————————————— .Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017) .Chargé de Communication et Marketing à la Fédération Française de Judo (2006-2013) .Diplômé d’un MBA de Management du sport .Licence et Maîtrise Management et Commerce .Ecole hôtelière Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s