[Arthur] Créativité et talents, la recette télé d’un grand enfant

Créativité et talents. Bien entendu, ces mots fleurissent quotidiennement dans la bouche des producteurs et diffuseurs spécialisés dans le petit écran. Mais si ces ingrédients sont confondants de simplicité, voire de banalité, rares sont ceux, dans les formats de flux, à les faire concrétiser. Dans un marché Français de l’audiovisuel plus enclin à adapter qu’à inventer, les créateurs sont devenus denrées rares, et que dire alors des exportateurs ?

A y regarder de près, seuls les animateurs-producteurs réussissent à transformer l’essai. Pour un diffuseur, le risque se doit d’être mesuré, porté et incarné. Bangumi et H20 alimentent les grilles avec succès, et compte tenu de la tendance frileuse du secteur, la performance est à souligner. Mais il est une société qui parvient de surcroît, à exporter nombre de ses formats. Satisfaction, puisqu’il s’agit d’elle, a réussi cette année, et par la voix de son fondateur Arthur, à porter à l’antenne plusieurs nouveautés en prime time, et vendre sa marque phare « Vendredi tout est permis » dans 31 pays. Un 32ème serait proche de signer selon le principal intéressé. Y a-t-il une recette à succès, pourquoi une t-elle singularité ? Interview.

Arthur, Satisfaction votre société de production, se montre particulièrement active en terme de création. Participez-vous directement à l’élaboration des nouveaux formats ?

La majeure partie des formats vient de mon cerveau, mais est ensuite développée par des équipes de génie. Ils inventent les épreuves et poussent ensuite le délire à fond. Je suis par exemple arrivé un matin au bureau en leur disant « je veux mettre les célébrités dans des avions de chasse ! ». Les équipes de production m’ont regardé avec de grands yeux, mais ils l’ont fait, grâce aux moyens que nous accordent TF1 : 40 cameras, 2 par avion et une qualité proche du cinéma.

Pour Messmer, j’avais été hypnotisé par ce dernier lors d’une émission de Nagui. J’étais hypnotisé, mon corps ne pouvait plus bouger mais j’étais parfaitement conscient, et pendant ce temps je me disais « il faut en faire une émission ». Nous avons signé Messmer en exclusivité le soir même.

Lorsque vous créez un format, pensez-vous à son exportation ?

Exactement, d’ailleurs les pilotes que nous présentons à TF1 sont présentés en Anglais. Nous sommes la société Française, voire européenne, qui exporte le plus de formats dans le monde.

Vous avez une recette ?

J’adorerais mais non malheureusement. Je n’ai pas de recette, mais nous parvenions déjà à exporter du temps d’Endemol avec « La fureur » et « les enfants de la télé » par exemple. Mais pour « Vendredi tout est permis » c’est encore différent car le marché est aujourd’hui plus compliqué pour les nouveaux formats. C’est une vraie satisfaction. Il est en revanche certain que le fait de pouvoir expliquer qu’un programme a été commandé, et par TF1 de surcroît, cela permet de rassurer les potentiels acheteurs internationaux.

Il n’a pas de complexe à avoir avec la télé Américaine

A propos du marché international, vous revenez d’un marché TV aux USA ?

Je rentre effectivement des USA et je constate qu’il n’y a pas d’équivalent de chaines qui lance autant de nouveaux formats de flux que TF1. A Los Angeles où nous étions présents lors d’un salon, nous sommes reconnus. La France et « Satisfaction » (ndlr : sa société de production) y est respectée sur ce marché. « Vendredi tout est permis » est le format français le plus vendu dans le monde, le second est « Stars sous hypnose ».

Il n’y a pas de complexe à avoir avec la télé Américaine. On m’a souvent attribué à tort le fantasme du late show Américain. Je suis fan de la fiction et des séries américaines mais pas de leurs émissions. Là-bas c’est souvent « l’image en attendant les contenus ».

J’ai cette chance de pouvoir travailler avec TF1 comme dans la mode. Sur des collections à venir.

Et quid des formats étrangers ?

J’en achète également beaucoup. J’ai fais l’acquisition de « The Four » qui passe sur Fox et « I don’t like Monday », un jeu où le gagnant remporte un an de congés payés et part dès le lendemain de l’émission pour faire le tour du monde.

Un mot sur cette relation avec TF1 qui dure depuis 20 ans ?

C’est une relation particulière en effet, d’amitié et de fidélité. Nous sommes presque dans un partenariat. J’ai un contrat sur plusieurs années avec TF1. J’ai cette chance de pouvoir travailler avec TF1 comme dans la mode. Sur des collections à venir. On travaille déjà sur des projets pour la rentrée prochaine par exemple. Et comme nous livrons des programmes de qualité, sans parler d’audiences, la confiance s’installe. Nous travaillons bien avec les équipes de TF1. Il n’y a aucun format que vous voyez à l’antenne qui n’a pas été développé avec les équipes TF1 ou validé par la chaîne. Je suis extrêmement privilégié.

Nous sommes ceux qui vendons le plus de nouveaux formats à la chaine, peut être sommes nous également ceux qui en proposons le plus. Il ne se passe pas un mois sans que nous proposions quelque chose. Il y a forcément du déchet. Le temps de développement est assez long, il faut en tenir compte également. Il se passe plus d’un an entre le moment où nous proposons une idée à TF1 et la mise à l’antenne. TF1 nous demande de la déconne, du feel good, du pur divertissement.

Le marché TV est-il plus compliqué aujourd’hui pour la création de formats ?

Oui c’est plus difficile de créer un nouveau format et ensuite de l’installer. Tout à déjà été fait avant. Pour l’installer oui c’est très compliqué car l’offre est très large. Et comme je propose des unitaires, il se passe du temps entre chaque diffusion, ce qui est plus compliqué pour fidéliser. En revanche, comme nous sommes présents depuis de nombreuses années, les téléspectateurs savent ce qu’ils vont retrouver, du divertissement, du rire.

Nous ne sommes pas focus sur les 4 ans et plus même si bien entendu on aimerait en avoir toujours plus. Nous sommes en revanche puissants sur les femmes responsables des achats avec plus de 30% de parts d’audiences et également très forts sur les jeunes qui nous regardent entre 40 et 50% des fois. Joli score quant on sait que les jeunes ne regardent plus la télévision.

FB.TF1.16977RTKarine NOE

J’ai la chance d’être entouré de jeunes gens brillants, hyper motivés et qui ouvrent les yeux.

S’entraine t-on à rester créatif ? Cela se cultive t-il ?

Je regarde tout ce qui se passe. J’ai la chance d’avoir une personne dans mon équipe qui fait de la veille et qui m’envoie une fois par semaine tout ce qui se passe dans le monde. Nous avons également mis en place le « creative friday » où tous les vendredis notre équipe de développement nous envoie une newsletter avec les tendances de la semaine hors télévision. Cela peut être une campagne de publicité, une invention… Chaque semaine c’est une surprise. Je demande également aux équipes de marcher en levant la tête et pas en regardant leurs chaussures. Tout est prétexte à trouver de nouvelles idées. J’ai la chance d’être entouré de jeunes gens brillants, hyper motivés et qui ouvrent les yeux.

A ce propos, que ce soit vos équipes de développement ou les célébrités de votre team, vous semblez mener une véritable politique de talent. Comment cela s’organise t-il ?

Après l’expérience 5 à 7 nous avons travaillé cette bande, on est parti en vacances ensemble. On n’avait pas envie que cela s’arrête. C’est comme cela que « Les touristes missions safari » est né par exemple. On nous reproche parfois de toujours voir les mêmes visages, mais je suis fier d’avoir pu accompagner des Jarry, Issa Doumbia ou Claudia Tagbo. On essaie de diversifier. Dans « Les touristes » il y a également Baptiste Giabiconi ou Camille Lou, qui ne sont pas vraiment des visages récurrents sur TF1.

Pour repérer les talents sur nos différents formats, nous travaillons avec Judith Elmaleh qui connait différents univers artistiques, la réalisation, la mise en scène… Quand aux équipes créatives, je suis effectivement très bien entouré. Ils sont talentueux et savent également m’arrêter et me dire stop sur certaines idées. Il faut savoir que j’ai une nouvelle idée par jour.

si vous voulez emmener Shy’m, Ramzy ou Michael Youn dans un avion de chasse, il faut leur dire que vous le faite avec eux.

Prenez-vous du plaisir à accompagner les talents sur les épreuves ?

Aucun plaisir ! J’ai la trouille comme eux. Mais c’est comme pour la vanne, si vous demandez quelque chose à quelqu’un, il faut pouvoir le faire également soi-même. Je ne suis pas un aventurier ni un courageux, mais si vous voulez emmener Shy’m, Ramzy ou Michael Youn dans un avion de chasse, il faut leur dire que vous le faite avec eux. Avec le temps, les artistes ont une totale confiance en nous. On rigole beaucoup d’eux et avec eux mais ils savent que les montages ne seront jamais dégradants. Ils viennent les yeux fermés, sans savoir ce qui les attendra sur les épreuves.

Parlons d’avenir encore, quelles sont les créations présentes et à venir ?

Cette année nous aurons fait la « Dream compagny », «Pas de ça entre nous », « Mentaliste dans la tête des stars » en diffusion le 2 février, « Les touristes mission safari » diffusé la semaine suivante le 9 février et un format avec Jarry. Il y a également eu la 100ème de « Vendredi tout est permis » qui est un format en lui-même « Stars sous pression ». D’autres formats vont également arriver.

Crédit photos : GILLES GUSTINE / FREDERIC BERTHET / TF1

Signature email mj

Auteur : Mathieu Jabaud

Mathieu Jabaud fonde « Les Audiences Consolidées » en 2017 dans le but décrypter, accompagner et transmettre son expertise et ses expériences liées aux médias et à la communication. Parmi ses clients : des chaînes de TV (Cnews, NRJ12), des écoles de commerce (Sup de Pub, EFAP, ISEG, Inseec), des universités (Paris 8, UPEC), des personnalités issues du monde médiatique, sportif et politique. ———————————————————————————————————————————————————— .Responsable de la communication du groupe Endemol France (2013-2017) .Chargé de Communication et Marketing à la Fédération Française de Judo (2006-2013) .Diplômé d’un MBA de Management du sport .Licence et Maîtrise Management et Commerce .Ecole hôtelière Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s